Chaud. Hot. Caliente.

Je ne suis pas une fille de canicule.

Y'a du monde qui ne sont pas des gens de gang, ou de party, ou de sushi.
Moi, je ne suis pas une fille de chaleur.
Avoir chaud, c'est une des choses que j'hais le plus au monde entier au grand complet.
Je déteste avoir chaud au même niveau que je déteste les génocides ou encore entendre quelqu'un saper. (C'est dégueulasse pour vrai, tu aimes tellement manger que tu veux t'entendre pendant? PAS MOI!)

Et en période de canicule, tu ne t'en sors pas: t'as chaud.
À moins que tu ailles une piscine. Mais je ne suis pas millionnaire. (Oui, dans ma tête, c'est juste les millionnaires qui ont une piscine. Ce raisonnement s'applique aussi aux lave-vaisselles)
Ou bien une machine à air climatisé. Mais je l'ai déjà dit: je ne suis pas millionnaire. (Oui, dans ma tête, les millionnaires ont de l'air climatisé OU une piscine. S'ils ont les 2, ils sont des milliardaires. Oui, j'ai un très bon rapport avec l'argent pour ceux qui se poserait la question!)

Quand il y a une canicule, l'activité principale est de suer.
Individuellement ou en groupe, à la maison ou en public, riche ou pauvre.
Peu importe ce que tu fais, tu sues: rire, pleurer, chanter, danser, respirer, parler, regarder, s'asseoir, boire, sourire, penser, dormir, pousser, frapper, monter, toucher, trimbaler, africaniser, lire, chauvir, dire, déranger, vendre...etc., etc., etc.

Si tu fais tout ça chez toi (et que je n'y suis pas), ça ne me dérange pas.
Si tu fais ça en public (et que je suis chez moi), ça ne me dérange pas.
Si tu fais ça sur la même rue que moi (mais que nous sommes séparés par plusieurs mètres), ça ne me dérange pas.

Mais si tu es à côté de moi, si je peux sentir ta sueur, si je peux douter à savoir si la sueur sur mon bras est la mienne ou la tienne, là y'a un problème.
C'est pas que je ne t'aime pas, c'est juste que pour moi, la sueur, c'est personnel.

Je ne suis pas une fille de canicule.
Par contre, je suis une fille de métro.
Et pour ceux qui se posent la question: métro+canicule=pas de plaisir.

Tu es enfermé dans un wagon avec des étrangers qui suent (tout comme toi) et leur sueur s'évapore et là tu la respires! Tu respires le chaud d'un inconnu mixé avec un peu du tien. Je pousse peut-être ça trop loin mais c'est dégueulasse pareil!
À la limite, tu peux penser à autre chose en lisant un livre ou en écoutant de la bonne musique ou en faisant un débat intérieur à savoir qu'est-ce que je m'achète quand je vais être millionnaire, un lave-vaisselle ou un air climatisé?

Et les bancs sont dégoûtants.
Tout le monde sue, tout le monde se colle partout. As-tu vraiment le goût de t'asseoir sur la sueur de fesse d'un inconnu?
Je suis certaine que les MTS (désolée, je suis de la vieille école, je devrais dire les ITS) peuvent se propager comme ça.
Essaye de te justifier à ton homme! «Non mon amour, je ne t'ai pas trompé! Je revenais de travailler, j'avais le goût de m'asseoir dans le métro, c'était la canicule, je portais des short shorts...pis pouf! J'ai la gonorhé!»
C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquels je ne porte pas de short shorts. Ça et je trouve ça lette en criss.


BREF!
Là où il devient plus difficile de se concentrer, de supporter la chaleur, de respecter la bulle des gens, c'est quand la sueur est accompagnée d'ODEURS.
Oui, il fait chaud, je comprends.
Mais un déo, ça coûte 2 piasses pis ça prend 3 secondes à mettre.
Fais-le. S'il te plaît.
Fais-le dans le métro même. Je ne te jugerais pas. Je vais même te sourire et te dire merci.
Si t'es pas à l'aise, je suis game de te montrer comment on fait. Même de le faire pour toi les premières fois.
Tout pour arrêter la pollution des aisselles odorantes.

Mais ce qui m'écoeure par-dessus tout, c'est le mix: inconnu-odeurs-sueur-frôlement.
C'EST TERRIBLE!!
Ça me donne des frissons, ça me dégoûte, y'a un peu de vomi qui monte dans ma bouche.
Je ne te connais pas. Tu pues ET tu sues (deux raisons qui font que je n'ai pas le goût de te connaitre) et en plus tu viens proche de moi et tu me frôle avec ton poil de bras humide?
On ne sera jamais ami. JAMAIS.

Yé temps que cette canicule finisse.
Je ne serais jamais millionnaire si ça continue.
Tout mon argent passe dans des déos et des taxis.

Commentaires

Articles les plus consultés