Avortement.

Une nouvelle a retenue mon attention cette semaine.
Je lisais, tranquillement sur Cyperpresse et je suis tombée là-dessus.
Et ma mâchoire est tombée.
Et je suis tombée en bas de ma chaise.
Et je suis tombée, j'ai déboulé les escaliers, j'ai perdu connaissance et j'ai espéré me retrouver dans un mauvais rêve.

Cette semaine, aux États-Unis (quelle surprise!), il y a eu un vote, plus précisément au Mississippi.
Les électeurs étaient appelés à voter sur la question suivante: «Est-ce que le terme personne devrait inclure tout être humain depuis le moment de la fertilisation, le clonage, ou leur équivalent?»

On peut se demander qu'est-ce que ça veut dire exactement...en gros, c'est comme si on demandait: «Est-ce qu'un embryon est un être humain?» ou plus large encore... «Est-ce qu'on garde ça légal, l'avortement?»

QUOI?!
C'est une vraie question qui se pose? Les taxes des citoyens américains ont servies à financer une élection pour savoir si l'avortement restait légal? Tant qu'à ça, pourquoi ne pas ramener la peine de mort, la chasse aux sorcières et l'esclavage?! Une société, ça avance ou ça recule? Je ne sais plus trop.
Tant qu'à aller voter, ils auraient pu en profiter pour clairer plusieurs questions du genre «Est-ce que les Noirs ont une âme?», «Est-ce que les gais sont des êtres humains à part entière?», «Est-ce que les pauvres ont vraiment le droit de vivre?»

Il n'y a rien de plus important à faire aux États-Unis que d'essayer de ramener l'illégalité de l'avortement?
J'ai eu peur. Vraiment peur. Je n'osais pas lire le résultat, me disant «D'un coup que ça été approuvé?!»
J'ai respiré. Ouf.
Ils n'ont pas été aussi stupides et arriérés que je l'aurais cru.
Ils ont «bien voté» (selon moi, bien sûr).

Mais je n'ai pas fini d'avoir peur.
Parce que ce n'est pas 99% de la population qui a dit «FRANCHEMENT, on ne va pas faire un pas de géant en arrière, on n'est plus au Moyen-Âge, les femmes ont le droit de disposer de leur corps!»
Non, c'est environ 60%.
Et ça, c'est la note de passage. Mais tu le sais que, quand tu as cette note-là, un rien peut te faire couler.

Si jamais ça avait passé, non seulement l'avortement serait devenu illégal, mais la pilule du lendemain aussi.
Mais pas de problème, parce qu'au Mississippi, on prône l'abstinence comme moyen de contraception! (et par une coïncidence tout à fait INOUÏE, le Mississippi a aussi le plus haut taux de grossesse chez les adolescentes, qui auraient pu le voir venir?!)

Et là, tu pourrais te dire: «FIOU!! Au moins, c'est fini! Ils ont refusé et c'est la fin!»
Mais non. On connaît tous le proverbe «Acharnes-toi jusqu'à ce que la loi fasse ton affaire!»
La même question sera posée éventuellement aux électeurs du Nevada, de la Californie et de la Floride.
Donnons aussi une mention spéciale (et un high five) aux électeurs du Colorado, qui ont voté contre, 2 fois déjà.

Ça me fait capoter.
Ça me fait peur aussi.
Parce qu'ici, malheureusement, nous avons un gouvernement conservateur.
Et il a la fâcheuse habitude d'imiter ses voisins du sud.

Voici le lien de l'article, si ça vous tente d'avoir peur...http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201111/09/01-4465933-le-mississippi-maintient-le-droit-a-lavortement.php

Commentaires

  1. C'est fou mais ça se passe beaucoup au Étâts Unis, et il y a un gros lobby qui dédie des millions par année à trouver des façons de contrer Rowe vs Wade. Les Étâts qui enseignent seulement l'abstinence dans les cours d'éducation sexuelle *y'en a beaucoup), sont effectivement ceux dans lequel on retrouve plus de grossesses chez les adolescentes et plus de mariages après l'école secondaire.

    Il y a juste 2 docteurs qui font encore des avortements au Mississipi.
    Les femmes du Mississipi doivent souvent aller ailleurs pour se faire avorter.

    Au Texas, Rick Perry veut introduire une loi que tu dois voir ton fétus par échographie avant de l'avorter. Et les républicains sont au point de totalement démenteler le système qui aide les femmes pauvres de l'étât.

    Au Dakota du Sud la pilule du lendemain est impossible à obtenir, et les femmes qui veulent un avortement doivent se soumettre à 72 heures et doivent se faire faire la moral par un dude du centre de crises, mais aucun centre de crises ne veut faire ça, alors aucune femme ne peut obtenir le papier pour se faire avorter.

    En Indiana, on a attacker le droit à l'avortement et le droit à la contraception et en faisaint ça il n'y a non plus de façon de se faire tester pour les MTS sans aller dans un hôpital. Sans ses clinics là de planning familiale, on estime que le taux de grossesses chez les adolescente va monter de 21% et que l'étât aura 35 000 demandes d'avortements que personne ne voudra faire. Tsé comment le crime violent a descendu drastiquement quand il y a eu moins d'enfants non-voulu aux Étâts Unis? Ouin, ça va remonter.

    Il y a plein plein d'étâts, très majoritairement gouverner par des Républicains qui ont pris la femme en âge de reproduire comme ennemi numéro un et ça ne semble pas finir bientôt.

    On gardera notre oeil sur Harper qui tâte souvent le pouls pour voir quand il pourra passer une loi mettant des restrictions sur l'avortement. Et comme la C-32 sur les droits d'auteurs est devenu la C-11, on ne peut pas relaxer une seconde. Ah, la vie.

    X X Je suis avec toi, fille.

    RépondreSupprimer
  2. SEIGNEUR!!!!
    C'est vraiment terrible! Je ne peux pas croire qu'il y a du monde qui sont contre l'avortement pour vrai...tout ce que tu dis là Annie: ça fait peuuuuur!!!
    Au moins, on sait qu'on est (minimum) deux :)

    RépondreSupprimer
  3. Vos mere aurais donc du avorter??

    RépondreSupprimer
  4. Haha Anonyme! Cute. Oui, nos mères auraient du avorté si elles le voulaient et si elles croyaient qu'elles avaient de bonnes raisons. Les mères qui doivent avorter sont toutes celles qui le veulent et qui croient pouvoir vivre avec (donc pas nos mères qui voulaient des enfants, ça ne fait pas de sens). C'est aussi simple que ça, leurs corps leur appartiennent. Ce n’est pas à nous de décider si on croit qu'elles ont droit à l'avortement ou non. On ne peut pas décider pour une autre personne qui est enceinte d'un viol ou de l'inceste si elle peut avorter (si j'étais tombée enceinte de mon viol brutal à 15 ans, laissez-moi vous dire que j'aurais été à la clinique). On ne peut pas décider pour une autre si elles vont être capables de s'abstenir de prendre de la drogue ou de boire de l'alcool pendant leur grossesse. On ne peut pas décider pour une femme qui ne veut pas d’enfants qu’elle doit en avoir un. On ne peut pas décider pour une autre, chaque femme doit décider elle même. Interdire l’avortement laisse juste la porte ouverte aux pratiques dangereuses d’autrefois. Et si des femmes sont assez connes pour penser qu'un avortement est un moyen de contraception, j'aime mieux que quelqu'un qui a un si bas quotient intellectuel ne se reproduise pas et ça ne m'offusque pas du tout. J'ai eu mes enfants et ils sont les personnes les plus excellentes du monde. Mais j'ai fait mon choix. On ne m'a pas dit que ce que je devais faire.

    RépondreSupprimer
  5. Annie, tu es une femme merveilleuse!
    Effectivement, on ne dit pas que TOUTES les femmes enceintes doivent se faire avorter, on dit qu'elles ont le droit, le choix de le faire ou non.
    Voilà.

    RépondreSupprimer
  6. Cest inconcevable je trouve que cest un meurtre pareil cest comme ceux qui décide qui vont débrancher un de leurs proches d'un hôpital Cest inconcevable je suis pas capable de me faire à cette idée
    Celle qui décide de pas prendre la pillule ou de condom je trouve ca irresponsable l avortement devrai etre autoriser seulement si cest un viol

    RépondreSupprimer
  7. Stéphane Fontaine22 novembre 2011 à 15:18

    Si tu trouve que c'est inconcevable pour toi je n'ai aucun problème avec cela et je respecte ton choix. Malgré tout dans mes études en démographie nous avons pu démontrer avec certitude que la légalisation de l'avortement augmente l'espérance de vie et la qualité de vie de la population qui adopte cette pratique. Cela empêche les avortements illégaux qui sont souvent pratiqués dans des conditions sanitaires déplorables.

    En conclusion autant pour ''débrancher'' un proche ou l'avortement, l'important c'est la liberté de choix. Je te laisse le droit de croire que c'est inconcevable, laisse moi le mien de croire que c'est simplement un bienfait de l'évolution!

    Merci
    bonsoir

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés