Conventum

Déjà, c'est mon conventum du secondaire cette année.
Le temps passe vite.
Déjà 10 ans que je n'ai pas eu de cours de maths, déjà 10 ans que je n'ai plus besoin d'imiter la signature de ma mère sur un examen, déjà 10 ans que je ne traine plus sur «la place de l'Amitié» entre mes cours, déjà 10 ans que mon bal de finissants est passé...
Étonnamment, ça ne me donne pas un si gros coup de vieux que ça.
J'avais tellement hâte de finir le secondaire, dans ma tête, il était déjà fini depuis 5 ans quand je l'ai réellement fini (ok, j'exagère sans doute un peu. En secondaire 1, je n'avais pas hâte de finir le secondaire, j'avais hâte de me trouver des points de repère dans l'école et d'avoir un cour avec quelqu'un qui était dans ma classe en 6e).

Notre conventum est en plein processus de création.
Honnêtement, les conventum, ça devait être vraiment excitant avant l'invention de Facebook.
Je l'avoue ouvertement, j'ai stalké tout mes amis du secondaire que j'ai sur Facebook. Des fois j'ai été étonnée, découragée, indifférente...bref, je le recommande à tous.

Reste qu'on a un groupe Facebook, un comité organisateur, des messages de «J'ai hâte de vous revoir la gang».
Et il faut ici que je fasse une confession: je ne me souviens pas de la moitié des gens.
Je me souviens de mes amis que j'ai perdu de vue, des gens avec qui j'ai déjà eu des cours, du monde à qui j'ai déjà parlé, il y a des visages que je reconnais...mais il y en a d'autres qui ne me dise ABSOLUMENT rien.
(Bon, je vais préciser que je viens de Brossard. On avait donc un nombre considérable d'étudiants asiatiques. Dans ma tête, ils font tous parti de la même gang: la gang des chinois. Y'a juste Franky, le grand chinois, que je différenciais du lot. Pis me semble qu'il y avait aussi une Jacqueline et une Henriette...mais je ne peux pas en dire plus)

Rien. Rien. RIEN. Le néant. Le vide. (Insérez ici tout autre synonyme du genre)
Et je me sens mal.
Le secondaire, c'est comme un gros village. Tout le monde se connaît, non?
Alors comment ça que je ne connais pas tout le monde? (Pas personnellement, mais au moins de nom ou de vue)
Y'a du monde dont je devrais me souvenir et que ce n'est pas le cas et y'a du monde dont se serait tout à fait normal de ne pas se souvenir mais moi, je ne les oublie pas.

Par exemple, à l'expo-science de secondaire 5 (que je n'ai fort heureusement pas eu besoin de faire), il y avait un gars qui faisait un exposé tout seul sur les protéines. Il n'y avait personne à son kiosque, il était tout seul, avec sa pancarte boboche. Je pense qu'il s'appelait Mathieu (et il doit sans doute encore s'appeler de même). Et j'ai écouté son exposé. En faisant un effort considérable pour m'intéresser au processus d'ingestion des protéines dans le corps.

Bref, notre conventum est en cours de production.
Et j'ai hâte.
Parce que oui, je vais y aller.
Dans ma robe de bal.

Commentaires

Articles les plus consultés