Une scène spectaculaire

Je suis une dramatique dans l'âme.
J'aime les choses spectaculaires, les scènes de ménage où la vaisselle revole, les mises en scène de demande en mariage qui demande des mois de pratique et 300 figurants,  les bagarres où les poings revolent autant que les phrases catchy et bitchy.
J'aime ça quand c'est OVER THE TOP.

Évidemment, toutes ces choses, je les ai seulement vu dans des films ou sur Internet. Je n'ai jamais participé à une bataille, je ne me suis jamais engueulé avec classe avec une fille dans une file d'attente, je n'ai jamais fait de commentaire sur la coupe de cheveux d'une rivale et que ça finisse en «dance off». Jamais.

Mais des fois, j'aimerais ça.
J'aimerais vraiment beaucoup, un jour, faire une scène spectaculaire. SPECTACULAIRE.
Me faire contrarier par quelqu'un (qui pense qui peut m'en imposer) et me transformer en monstre.
Faire valoir mon point en pétant absolument tout ce qu'il y a autour de moi, avec quelqu'un qui filme à mon insu sur son iphone, met ça sur le web et je deviens une sensation mondiale.
The Crazy Bitch.

Je sais déjà ce que je ferais.
Je commencerais par enlever calmement mes lunettes (même si je n'en ai pas), sourire et demander à la personne qui me contrarie «Est-ce que tu me prends pour une épaisse?»
Ensuite je me lèverais et je le redirais plus fort «Est-ce que tu me prends pour une épaisse?!»
Là, je renverserais mon bureau, avec une force et une violence impressionnante.

Je m'approche de la personne qui m'a contrarié et je lui crierais par la tête tout plein de statistiques genre «Ça fait 40 ans que je travaille pour cette compagnie! Ça fait 5 ans que je travaille sur ce projet! Ça fait 10 ans que je n'ai pas mangé au McDo! Tu étais encore dans tes couches pendant que je brassais mes premiers millions!»

Ensuite, je prendrais une pile de papier, je ferais des avions avec et je lui les lance les une à une, en visant ses yeux et pour chaque avion, je dirai un truc qu'il a fait que je trouve inacceptable. (Ne pas me vouvoyer, me mettre sur le hold au téléphone, porter des bermudas, etc)

Après, je cours dans son bureau où, comme par magie, il y a sa collection de chatons en porcelaine dans une armoire. J'en prends un, devant son regard horrifié.
Je le lance par terre.
J'en prends un deuxième.
Je le lance par terre.
J'en prends un troisième.
Je le mets dans ma sacoche et je sacre l'armoire au grand complet à terre en disant une phrase succulente digne d'un film genre: «Je connais tous tes points faibles, chaton!» (ok, la phrase reste à retravailler!)

Après, je tombe sur sa collection de vinyles. Et je les lances, un à un dans les airs. Et je les tire avec un gun. Et il explose et tombe en miette autour de moi. Pour chaque vinyle, la personne qui m'a contrarié s'effondre de plus en plus, s'excuse, me supplie d'arrêter. Et moi je crie: «Chante! Chante-moi tes excuses pour essayer d'en sauver un! Hahahaha!»
Et je renverse son bureau aussi, pour le style.

Finalement, je me fais maîtriser par des gardes de sécurité.
Je sors la carte de «je suis la fille du patron» et c'est la personne qui m'a contrarié qui est renvoyé, après voir tout ramassé les dégâts que j'ai fait.

Et le plus beau dans cette histoire-là, c'est que je ne suis même pas la fille du patron. Je ne travaille même pas dans cette boîte. J'ai juste fait une scène spectaculaire pour le plaisir des autres (et le mien un peu aussi).

Mais on s'entend que je suis loin de réaliser mon rêve.
La chose la plus heavy que j'ai fait, c'est de dévisager quelqu'un qui m'a bousculé dans le métro.
Et je le dévisage pendant qu'il ne me regarde pas.

Et même si ma scène spectaculaire est prête il me manque un élément important.
Qu'est-ce qui vaut la peine que je me donne comme ça?

Commentaires

  1. Ha oui!
    Et j'ai oublié de dire que je péterais son pare-brise de char avec un bâton de golf. Que son père lui a donné. Avant de mourir. Et qu'il tenait de son grand-père. Qui les a reçu après son retour de la guerre du Viet-Nam. Voilà.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés