Comment je sais que tu me stalk

Stalker.
«Dans le bon vieux temps», ça prenait de la motivation et du temps libre pour BIEN stalker quelqu'un.
Il fallait que tu trouves QUI tu voulais stalker, quand, où, combien de temps. Il fallait que tu arranges ton horaire pour qu'il concorde avec le sien, que tes soirées soient libres pour aller l'épier dans sa maison, que tu trouves où la personne habite, où elle travaille, où elle sort, quand est-ce qu'elle est à quelle place.

Ce n'était pas du travail d'amateur. Ce n'était pas quelque chose que tu pouvais faire 15 minutes en attendant ton lift. Ce n'était pas un petit passe-temps comme ça. Non.
C'était une passion. Presque un travail à temps partiel. (Ou à temps plein, selon ton degré d'implication).
Et généralement, quand tu te faisais pogner, ça finissait mal: police, casier judiciaire, poursuite, mandat, ordre de la Cour de ne pas approcher la personne concernée à moins de 400 pieds, et ainsi de suite.

Aujourd'hui, le «stalkage», n'est plus dédié à quelques illuminés.
Tout le monde le fait. Grâce à Facebook.
Je ne juge pas. Je suis la première à aller regarder des photos du nouveau chum d'une fille qui était dans mon cours de math en secondaire 3.

Si tu ne voulais pas que je partage ta vie intime (et que je la juge), il ne fallait pas mettre des photos de ton mariage et/ou accouchement et/ou party de la St-Jean et/ou voyage dans le sud et/ou sortie entre filles et/ou (ainsi de suite) sur Facebook.

Si Facebook n'encourageait pas le «stalkage», il ferait 2 choses:
1-Effacer automatiquement les photos après 1 an qu'elles ont été publiées
OU
2-Ne pas offrir la possibilité de publier des photos personnelles.

Mais c'est pas de ça que je voulais parler.
Je ne suis pas ici pour DÉNONCER le fait que tu vas regarder des photos de gens que tu n'as pas vu depuis 15 ans (ou de gens que tu ne connais juste pas). Ça, sincèrement, je m'en fou.
Je le fais. Je n'ai pas honte. Je dirais juste que je suis NORMALE.
Oui, j'en ai regardé des photos de vacances à Walwood de fille que je pense que je connais. Oui, j'ai regardé les photos de bébé de ma meilleure amie pendant 1 semaine en 2e année du primaire. Oui.

Je le fais pour les autres, j'assume que les autres font ça pour moi aussi.
Je suis certaine qu'une fille qui était dans mon cours de science physique en secondaire 2 a passé, un moment donné, un 5 minutes à regarder mes photos. Et probablement à les juger. C'est correct. Ça fait partie de la game «Stalker-Facebook».
Je ne trouve pas ça creepy. Je ne trouve pas ça weird. Je ne trouve pas ça déplacée.

MAINTENANT, ce qui est important, c'est de rester discret.
Tu veux savoir comment je sais que tu es en train de me stalker?
FACILE.
Tu likes une de mes photos...qui date de 2011.
Pire que ça? Tu likes 7 de mes photos...qui datent de 2011.
Je sais que tu es en train de me stalker.

Ça ne me dérange pas. Mais dans cette situation-là, ça rend le tout plus concret et...
Tsé, savoir qu'un moment donné une personne que je connais moyennement regarde mes photos, ça me va. Mais savoir QU'À CE MOMENT PRÉCIS, TELLE PERSONNE regarde TELLE PHOTO et qu'elle L'AIME...c'est...étrange.

Alors tu peux me stalker tant que tu veux.
Mais reste discret.
Regarde toujours la date de la photo, avant de la liker.
(Conseil de pro.)



Commentaires

Articles les plus consultés